FOCUS 1918-1939 : « Sous le signe du Mégaphone » d’André Rigaud

Dans les années 1930, les pages de Cinémagazine accueillent une série d’articles d’André Rigaud qui aborde différents aspects du cinéma liés à l’avènement1 du son et ayant à voir, avec toute vraisemblance, avec sa propre activité professionnelle. Je connaissais Rigaud comme écrivain et journaliste, collaborateur de Cinémagazine, mais aussi de Comœdia; une notice des archives de la SACEM précise les choses et le présente comme « dialoguiste de doublage et adaptateur pour le sous‑titrage ». Différents documents sont également disponibles en ligne, sur le site de la SACEM, indiquant que Rigaud se présentait comme « homme de lettres » et qu’il collaborait avec certains studios américains (MGM, Warner Bros, United Artists) sur des productions parlantes. Continuer la lecture de « FOCUS 1918-1939 : « Sous le signe du Mégaphone » d’André Rigaud »

  1. Par exemple, le sous-titrage (« Le cauchemar du titreur », janvier 1930), les dialogues (« Dialogues », décembre 1930), le studio (« Studio = Atelier », avril 1931), etc. []

Forfaiture de Cecil B. DeMille de Laurent Véray (Presses universitaires de Lyon, 2021) – compte rendu

Les vicissitudes de la vie et la temporalité du monde de l’édition ont retardé la publication du compte rendu de l’excellent essai de Laurent Véray, Forfaiture de Cecil B. DeMille, soumis à la Revue canadienne d’études cinématographiques.

En s’inscrivant dans une histoire culturelle du cinéma, Véray rapelle l’influence majeure de ce film américain dans l’évolution du cinéma français des années 1920 et pousse son lecteur à voir et/ou à revoir ce film qui a changé le cours de l’histoire du cinéma français de l’époque muette.

Référence : Canadian Journal of Film Studies / Revue canadienne d’études cinématographiques, volume 32, no 1, Spring / Printemps 2023, p. 160–162. En ligne : 10.3138/CJFS-2022-0048.

Sur « Nonoche au ciné », d’Irène Némirovsky

En 1921, la jeune Irène Némirovsky écrit ses premiers textes, une série de dialogues mettant en scène le personnage de Nonoche, une jeune femme moderne qui n’hésite pas à exprimer ses idées et ses envies dans un registre quelque peu vulgaire. Le premier de ces courts textes, « Nonoche chez l’extra-lucide » sera publié le 1er août 1921 dans le magazine satirique Fantasio, « magazine gai » fondé en 1906 par Félix Juven. Ce premier texte sera signé du pseudonyme de Némirovsky, Popsy – le pseudonyme utilisé par l’auteure est plutôt Topsy, mais une erreur typographique en a modifié l’orthographe pour cette édition. Continuer la lecture de « Sur « Nonoche au ciné », d’Irène Némirovsky »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search