Au sujet de la réception de la rubrique « Les livres inspirateurs de films »

Dans son article du 2 juillet 1926, Lucien Wahl fait état des réactions positives de certains confrères à la publication de sa nouvelle rubrique « Les livres inspirateurs de films ». Ces commentaires, témoignant d’ « une sympathie à laquelle nous sommes très sensibles », sont signés, quelques jours après la première publication du 11 juin 1926, par René Jeanne dans Le Petit Journal1, André Antoine dans Le Journal2 et André Lang dans Les Annales politiques et littéraires3. Continuer la lecture de « Au sujet de la réception de la rubrique « Les livres inspirateurs de films » »

  1. René Jeanne. 1926 (18 juin). « Littérature et cinéma ». Le Petit Journal, p. 4 []
  2. André Antoine. 1926 (19 juin). « Romans et pièces à l’écran ». Le Journal, p. 4 []
  3. André Lang. 1926 (20 juin). « Caquets de chez Barbin ». Les Annales politiques et littéraires, no 2243, p. 662 []

Quelques réflexions de Lucien Wahl autour de l’idée de public

Cette contribution préparée par Sean Kennedy, assistant de recherche, a été rédigée dans le cadre du projet de recherche « Lucien Wahl ou l’avenir de la critique cinématographique en France ».

Une fois la postproduction terminée, un film sort en salle et un public vient le voir. Pour certains, ceci marque l’étape finale pour un film ; il n’y a alors plus besoin d’y porter attention. Pour Lucien Wahl, cette étape n’est qu’un simple point de départ pour toute une série de réflexions autour du public, notamment sur sa composition, son comportement et les conditions dans lesquelles il se trouve. Ses contributions à la revue Cinémagazine en 1926 témoignent de ses opinions, de ses observations et de ses pensées à ce sujet. En effet, elles soulignent l’importance du public dans sa conception du cinéma. Continuer la lecture de « Quelques réflexions de Lucien Wahl autour de l’idée de public »

Littérature et cinéma : la rubrique « Les livres inspirateurs de films »

En juin 1926, à la suggestion de Jean Pascal1, Lucien Wahl lance la rubrique « Les livres inspirateurs de films », publiée généralement deux fois par mois dans la revue spécialisée Cinémagazine. Cette série, qu’il poursuivra plusieurs années et qui deviendra, en 1930, « Des livres près de l’écran », propose des articles de plus d’une page et tisse des liens variés entre littérature et cinéma. L’objet de ces articles est clairement énoncé dans le numéro 24 du 11 juin 1926 : publier des « notes qui pourront inspirer des cinématographistes et même donner l’idée à des écrivains de s’inspirer de leurs propres livres pour la rédaction de scénarios intéressants » (11 juin 1926). Continuer la lecture de « Littérature et cinéma : la rubrique « Les livres inspirateurs de films » »

  1. Jean Pascal, avec Adrien Lemaître, dirigera la revue dès son premier numéro (21 janvier 1921) et y publiera d’éclairants articles, entre autres, sur le vocabulaire du cinéma. []

Lucien Wahl sur Georges Duhamel

Il y a toujours un malentendu, lorsqu’il est question de Georges Duhamel et du cinéma. On rappelle qu’il est celui qui a écrit que le cinéma est un « divertissement d’ilotes, un passe-temps d’illettrés, de créatures misérables, ahuries par leur besogne, et leurs soucis » (Duhamel 1930, p. 58), que le cinéma est « [u]n spectacle qui ne demande aucun effort, qui ne suppose aucune suite dans les idées, ne soulève aucune question, n’aborde sérieusement aucun problème » (Ibid.), mais on oublie généralement de contextualiser ces phrases et surtout, on néglige de retourner aux sources et de relire les autres textes que Duhamel a pu écrire sur le cinéma. Continuer la lecture de « Lucien Wahl sur Georges Duhamel »

Envie d’écriture : « Petit puzzle critique » (Hors Champ (juillet-août/septembre-octobre 2018))

Petit exercice qui répond à une envie d’écriture au sujet des archives, dans une forme non académique, pointant un problème bien scientifique. À lire sur la revue de cinéma Hors Champ : https://www.horschamp.qc.ca/spip.php?article780

« L’amputation des films » de Lucien Wahl

Critique français dont il est impossible, pour le moment, de lire l’intégralité des textes dans un recueil qui les rassemblerait en un lieu unique, Lucien Wahl n’en demeure pas moins une plume récurrente dans les pages des journaux de cinéma des années 1920. Continuer la lecture de « « L’amputation des films » de Lucien Wahl »

Sur « Nonoche au ciné », d’Irène Némirovsky

En 1921, la jeune Irène Némirovsky écrit ses premiers textes, une série de dialogues mettant en scène le personnage de Nonoche, une jeune femme moderne qui n’hésite pas à exprimer ses idées et ses envies dans un registre quelque peu vulgaire. Le premier de ces courts textes, « Nonoche chez l’extra-lucide » sera publié le 1er août 1921 dans le magazine satirique Fantasio, « magazine gai » fondé en 1906 par Félix Juven. Ce premier texte sera signé du pseudonyme de Némirovsky, Popsy – le pseudonyme utilisé par l’auteure est plutôt Topsy, mais une erreur typographique en a modifié l’orthographe pour cette édition. Continuer la lecture de « Sur « Nonoche au ciné », d’Irène Némirovsky »

Mac Orlan, « Ciné…cure en plein air »

Ce texte de Pierre Mac Orlan, présenté comme une petite histoire illustrée, se veut une sorte de récit portant sur la place du cinéma en temps de guerre, au sein du service des armées. Mais derrière un propos humoristique, ne manquant jamais de révéler les absurdités de la guerre1, apparaît une petite histoire technique du cinéma. Il est en effet ici question d’objectifs (de l’objectif de l’attaque et de celui de l’appareil – « plus facile à atteindre » (p. 770)), de plaques, de pellicules, d’épreuves et de prises de vue (les films de bataille, les films pris dans les tranchées et ceux « plus modernes » (p. 771) pris au cantonnement). Continuer la lecture de « Mac Orlan, « Ciné…cure en plein air » »

  1. « Dans un régiment d’infanterie de ligne vivait un brave homme qui possédait toutes les qualités requises pour être heureux à notre époque […]. Ayant appris qu’on cherchait des photographes pour l’armée, il adressa sa demande, qui, à sa sincère stupéfaction, fut agréée. Notre homme arrivé à la section photographique de l’armée eut la joie inattendue d’apprendre qu’il devait, muni d’un appareil perfectionné, accompagner les vagues d’assaut, son prédécesseur ayant été tué dans l’exercice de ses fonctions! » (p. 771). []