En guise de bilan

Le début de l’année 2024 a été un moment de retour à une cadence de travail plus soutenue, avec la reprise de l’enseignement, des obligations institutionnelles et des interactions chronophages. Mais passé cet intense mois de janvier, il est temps de faire un petit bilan de l’année 2023, celle du repos, mais aussi celle des séjours à l’étranger, des apprentissages divers et du renouvellement des idées. Il y a quelques années, la lecture de l’article d’Anne‑Françoise Garçon, « Les techniques et l’imaginaire. Une question incontournable pour l’historien »1 m’avait rappelé que l’invention n’existe pas sans l’imagination. Et la réappropriation du temps que m’a permis la sabbatique m’a fourni un espace pour imaginer de nouveaux projets et d’esquisser de nouveaux cadres dans lesquels je souhaitais inscrire mes recherches.

Le grand chantier qui m’attend, en termes d’apprentissage et de diffusion des connaissances est celui des données liées. Il ne s’agira évidemment pas de transmettre des connaissances sur le sujet, mais de développer une méthodologie qui s’inscrit dans ce paradigme afin de pousser plus loin mon travail sur les discours au sujet du cinéma. Ce nouvel espace à investir sera l’occasion de réfléchir autrement, de situer mes travaux plus largement dans les sciences ouvertes et de commencer de nouvelles collaborations avec des interlocuteurs possédant des connaissances complémentaires. La question du temps à consacrer à ceci sera centrale, mais mon calendrier d’enseignement reste suffisamment souple pour m’astreindre à une discipline de recherche à laquelle je ne veux pas renoncer.

La prochaine sabbatique sera évidemment attendue avec impatience, mais l’entre-deux sera pleinement investi et envisagé comme des années de préparation à ce temps suspendu qui permet de souffler et de rêver aux prochaines étapes.

  1. Garçon Anne-Françoise. 2006. « Les techniques et l’imaginaire. Une question incontournable pour l’historien », Hypothèses, vol. 9, no 1, p. 221‑228. []

La sabbatique : la réappropriation du temps

2023 est l’année de ma première sabbatique. C’est aussi ma première véritable pause depuis plus de quinze ans. Cela déstabilise, isole, mais induit aussi un nouveau rapport au temps qu’il importe d’embrasser. Les envies sont nombreuses, les projets s’intensifient, les livres à lire s’accumulent, les listes de films à voir et revoir grandissent, les séjours de recherche à l’étranger se multiplient. Continuer la lecture de « La sabbatique : la réappropriation du temps »

Retour de séjour en archives

Après plus de deux années éloignées des archives et bibliothèques françaises, j’ai pu me déplacer et passer quelques semaines en France, début juin, pour explorer des fonds et consulter des documents que je soupçonnais précieux pour mes recherches sur Lucien Wahl et pour mes explorations des rapports entre la littérature et le cinéma. Ces dernières prennent d’autres avenues et me m’amènent à m’intéresser aux productions de la Société des cinéromans. Continuer la lecture de « Retour de séjour en archives »

Littérature et cinéma : le mystère des cinéromans

Un projet de recherche parallèle m’amène à m’intéresser à la Société des Cinéromans, fondée en 1919 par René Navarre, avec la collaboration d’Arthur Bernède et de Gaston Leroux. Bien que mon exploration du sujet en soit à ses balbutiements, elle me pousse à réfléchir à d’autres voies empruntées par la littérature et le cinéma pour penser leurs collaborations. Ces relations telles qu’elles ont pu exister durant l’entre-deux-guerres, sont souvent esquissées dans les travaux sur le sujet et définir ce qu’est un cinéroman pour cette période se révèle compliqué : les productions textuelles possèdent bien souvent peu de qualités littéraires, les films qui y sont associés comportent peu d’intérêt cinématographique et s’avèrent aujourd’hui difficiles à visionner. Ces affirmations sont évidemment généralisantes – des objets dignes d’intérêt apparaissent ponctuellement. Mais pour le moment, le phénomène cinéroman est ce qui m’intéresse : que révèlent les discours de l’époque de l’ambition de penser une relation associant littérature et cinéma? Continuer la lecture de « Littérature et cinéma : le mystère des cinéromans »

Retour de vacances

Cette portion du carnet de recherche concerne mon quotidien de chercheuse, non pas dans ce qu’il a de réflexif, mais plutôt dans son déroulement au jour le jour. J’ai toujours été attirée par les descriptions des journées types et par les explications sur l’organisation de ces dernières. Il s’agira donc ici d’exposer deux de mes obsessions : celle de l’organisation et celle de la productivité1. Rien de ce que je noterai dans cette portion du carnet n’est exemplaire; il s’agit plutôt de consigner des notes sur mes expériences afin de pouvoir revenir sur ce temps de recherche qui marque mes journées et que je chéris si précieusement. Continuer la lecture de « Retour de vacances »

  1. J’entends cette dernière comme un rapport positif entre mes efforts et les résultats obtenus; au cœur de cette productivité, il y a la concentration, le bien-être et le plaisir. []

Sur « Nonoche au ciné », d’Irène Némirovsky

En 1921, la jeune Irène Némirovsky écrit ses premiers textes, une série de dialogues mettant en scène le personnage de Nonoche, une jeune femme moderne qui n’hésite pas à exprimer ses idées et ses envies dans un registre quelque peu vulgaire. Le premier de ces courts textes, « Nonoche chez l’extra-lucide » sera publié le 1er août 1921 dans le magazine satirique Fantasio, « magazine gai » fondé en 1906 par Félix Juven. Ce premier texte sera signé du pseudonyme de Némirovsky, Popsy – le pseudonyme utilisé par l’auteure est plutôt Topsy, mais une erreur typographique en a modifié l’orthographe pour cette édition. Continuer la lecture de « Sur « Nonoche au ciné », d’Irène Némirovsky »

Mac Orlan, « Ciné…cure en plein air »

Ce texte de Pierre Mac Orlan, présenté comme une petite histoire illustrée, se veut une sorte de récit portant sur la place du cinéma en temps de guerre, au sein du service des armées. Mais derrière un propos humoristique, ne manquant jamais de révéler les absurdités de la guerre1, apparaît une petite histoire technique du cinéma. Il est en effet ici question d’objectifs (de l’objectif de l’attaque et de celui de l’appareil – « plus facile à atteindre » (p. 770)), de plaques, de pellicules, d’épreuves et de prises de vue (les films de bataille, les films pris dans les tranchées et ceux « plus modernes » (p. 771) pris au cantonnement). Continuer la lecture de « Mac Orlan, « Ciné…cure en plein air » »

  1. « Dans un régiment d’infanterie de ligne vivait un brave homme qui possédait toutes les qualités requises pour être heureux à notre époque […]. Ayant appris qu’on cherchait des photographes pour l’armée, il adressa sa demande, qui, à sa sincère stupéfaction, fut agréée. Notre homme arrivé à la section photographique de l’armée eut la joie inattendue d’apprendre qu’il devait, muni d’un appareil perfectionné, accompagner les vagues d’assaut, son prédécesseur ayant été tué dans l’exercice de ses fonctions! » (p. 771). []

Brunius et le cinéma

Collection indispensable qui nous rappelle les riches et fécondes collaborations entre les poètes français du vingtième siècle et le cinéma, la série « Le cinéma des poètes »1 s’est ouverte fin 2015 avec deux premiers livres (Aragon et le cinéma2 ; Brunius et le cinéma3 ) évoquant les relations, tant des points de vue créatives que réflexives, entre des écrivains et un septième art en devenir. Continuer la lecture de « Brunius et le cinéma »

  1. Publiée aux Nouvelles éditions Jean-Michel Place, cette collection est dirigée par Carole Aurouet. []
  2. Vigier, Luc. 2015. Aragon et le cinéma. Coll. « Le cinéma des poètes ». Paris : Les Nouvelles éditions Jean-Michel Place. []
  3. Keit, Alain. 2015. Brunius et le cinéma. Coll. « Le cinéma des poètes ». Paris : Les Nouvelles éditions Jean-Michel Place. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search