La sabbatique : la réappropriation du temps

2023 est l’année de ma première sabbatique. C’est aussi ma première véritable pause depuis plus de quinze ans. Cela déstabilise, isole, mais induit aussi un nouveau rapport au temps qu’il importe d’embrasser. Les envies sont nombreuses, les projets s’intensifient, les livres à lire s’accumulent, les listes de films à voir et revoir grandissent, les séjours de recherche à l’étranger se multiplient. Et puis, les tensions se relâchent, la fatigue terrasse et l’inconfortable sentiment d’être extrêmement privilégié apparaît, laissant pour un moment perdu dans un horizon de possibles. Du moins, c’est ainsi que les premiers mois de cette année se sont présentés à moi.

J’ai identifié des objectifs de recherche à atteindre, mais j’ai aussi compris que cette nouvelle organisation des journées me donnait le temps de ne rien faire et de considérer ce rien comme une activité nécessaire. Trouver de nouvelles idées, renouveler sa réflexion et son approche des choses nécessite du temps d’errance : il me faut imaginer avant de réaliser.

Je m’efforce donc de tenir un carnet de sabbatique format papier que je traîne avec moi pour préparer les prochains moments de suspension et surtout, pour observer en quoi mes habitudes de recherche changent. À mi-parcours, les choses sont encore floues. Des communications et des interventions diverses ont été faites, des rencontres ouvrant vers de potentielles collaborations ont été effectuées, des brouillons d’articles rédigés, des tableaux Kanban sont créés et révisés en permanence. Mais ce qui émerge et devient central est le temps qui se déplie, un temps pour revenir sur les choses, un temps qui doit devenir prioritaire, car bénéfique, mais déficitaire dans mon quotidien d’enseignante chercheuse. Il est ce qui me permet l’autocritique, l’interrogation de mes biais et des raccourcis pris par automatisme. Il serait inquiétant de rester figée dans mes pratiques et de ne pas les revisiter pour en inventer de nouvelles. Il ne s’agit aucunement d’opérer une forme de tabula rasa, mais bien de re‑construire et de bifurquer, d’ouvrir un autre chemin où je prendrai le temps de la réflexivité.  



Citer ce billet
Karine Abadie (2023, 21 juin). La sabbatique : la réappropriation du temps. Cinéologie. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mtrs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search