TECHNÈS – Encyclopédie raisonnée des techniques du cinéma

Depuis fin 2015, je collabore à distance à TECHNÈS , un partenariat international sur les techniques et technologies cinématographiques. Le projet a été financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (2015-2022), et est co-dirigé par André Gaudreault (Université de Montréal), Gilles Mouëllic (Université Rennes 2,) et Laurent Le Forestier (Université de Lausanne).

Apex de ce projet international et bilingue, l’Encyclopédie raisonnée des techniques du cinéma a été lancée au festival Il Cinema Ritrovato, à Bologne, et mis en ligne le 4 juillet dernier. Pour le moment, 27 parcours sont en ligne, explorant des thèmes aussi variés que l’évolution des appareils de prise de vue, les technologies du son depuis le parlant, la transformation des métiers du cinéma et des pratiques amateurs, les discours tenus à propos de la technique, les procédés d’animation, ou encore, le cinéma de réemploi expérimental.

Ma contribution à cette encyclopédie s’est faite sur le terrain des textes, ces derniers contribuant selon moi à l’histoire et à la mémoire du cinéma. Mon parcours, « Imaginaire des techniques cinématographiques (1925-1932) », porte donc sur l’imaginaire des techniques cinématographiques tels qu’il se déploie dans les revues françaises spécialisées des années 1925-1932. Supporté par une variété de textes produits par des journalistes, des praticiens, ou encore des écrivains, cet imaginaire se nourrit des acceptions variables du sujet et travaille l’écart avec la réalité des techniques cinématographiques. En mettant de l’avant des sources écrites et en proposant une analyse croisée de textes en étant issus, j’ai tâché de montrer comment se développe, du point de vue des textes, un imaginaire s’articulant autour des techniques cinématographiques. Plusieurs aspects y sont traités : le matériel du cinéma, la visualité des films, la couleur, le son et la publicité. Se pose donc en filigrane la question de savoir comment cette presse spécialisée s’empare de ces aspects afin de se développer, par les discours, un imaginaire des techniques qui n’a pas toujours prise avec la réalité. Ainsi, j’espère avoir pu démontrer qu’un tel imaginaire est soutenu par des propositions textuelles multiples, rappelant que derrière des aspects techniques précis, le cinéma demeure une forme d’art tributaire de l’interprétation de ceux qui le regardent.

L’éditorialisation du parcours reste à faire. Ce sera l’objet d’une autre entrée sur ce carnet, car se poseront alors des questions de structuration des contenus, de leur visibilité et de leur accessibilité. Mais pour le moment, il s’agit de savourer le plaisir de pouvoir consulter cet outil précieux dont il est question depuis plusieurs années et pour lequel tant de travail a été accompli. Mention très spéciale à mes collègues Rémy Besson et Claudia Polledri pour leur accompagnement et leur support durant ces sept années, ainsi qu’à Mathilde Curtaud pour sa précieuse aide en fin de course.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search