« Ein Blick in die nähe Zukunft » de V. Mayer

Je dédie cette contribution à mon cher collègue, Dr. Oebele Buffinga, disparu bien trop rapidement. À une époque où il faisait encore partie de mon quotidien et où nous pouvions partager bien plus que notre seul enseignement du cinéma, il m’a généreusement aidé à traduire l’article de V. Mayer.

Le dépouillement de revues de cinéma apporte son lot de curiosité et de mystère. Ces lectures constituent bien entendu une plongée dans des époques révolues, mais elles sont aussi le rappel que nos connaissances sont lacunaires, puisque les publications ne nous fournissent pas toujours précisément les informations recherchées. À leur époque, ces imprécisions n’ont évidemment pas de conséquences majeures puisque les objectifs de publication diffèrent logiquement des impératifs d’une recherche effectuée a posteriori. Mais un peu plus de cent ans plus tard, elles laissent parfois le lecteur avec des questions sans réponse.

À la lecture de l’article sur lequel ce « Focus 1918-1939 » s’attarde, quelques interrogations surgissent. Entre autres, quant à l’auteur de ce texte. Une recherche un peu plus poussée permettrait sans doute de révéler les pièces manquantes de cet article rédigé en allemand et publié dans le numéro 4, d’août et septembre 1927, de la revue Cinéma, « la première revue de grand luxe du cinéma français »1 : « Ein Blick in die nähe Zukunft » de V. Mayer, que je soupçonne être Victor Mayer2, mais sans en avoir, pour le moment, la moindre certitude.

Cet article m’intéresse à plusieurs titres : il est publié dans une langue étrangère, dans une revue française méconnue, qui propose des articles en phase avec les préoccupations cinématographiques de l’époque, complétés d’une iconographie riche et variée. À cela s’ajoute un propos qui s’articule autour d’avancées techniques relatives à l’éclairage qui permettront, selon Mayer, un plus grand réalisme aux productions filmiques. Mais au‑delà de ces éléments, cet article est définitivement tourné vers l’avenir et sur ce peuvent apporter à un art qui ne doit cesser de se perfectionner des innovations techniques.

La publication de contributions en langue étrangère semble être un parti-pris de la revue Cinéma dirigée par Edmond Épardaud, du moins, pendant les premiers mois de sa parution. On retrouve en effet des articles en allemand (signé par V. Mayer), en italien (signé par Ferruccio Biancini) ou encore, en anglais (signé par Jacques Martin). La pratique, même si elle ne dure pas, témoigne d’une ouverture en termes d’horizons culturels de référence, mais aussi d’une volonté de toucher un lectorat européen. Cet aspect tend à renforcer la qualité de cette publication qui intègre dans ses pages une variété d’illustrations (dessins, photographies, collages) aux styles diversifiés.

Le sujet de l’article de Mayer repose essentiellement sur des aspects techniques du cinéma, sans que ces derniers soient clairement nommés. Il est question de l’utilisation de la pellicule panchromatique par certains cinéastes français pour filmer les extérieurs et ainsi, proposer un rendu plus contrasté des effets de couleur réelle. Cette allusion permet d’insister les potentialités d’un éclairage qui permettrait d’agir sur les contenus des films et sur les ambiances créées. Celui qui, d’après l’auteur, expérimente en ce sens (en 1927) et tente de saisir le réel en le capturant hors des studios est Karl Freund. L’article parle de son prochain film3 – sans en donner de titre, ce qui n’aide pas le lecteur du XXIe siècle à avoir une image précise de ce que l’auteur cherche à démontrer. Néanmoins, cette allusion à un réalisateur qui a aussi été chef opérateur dans les années 1910-1920 permet de rappeler la place de ce dernier dans l’esthétique d’un film et d’envisager des responsabilités variées en termes de création.

L’intérêt de cet article reste modéré, mais il permet de bien comprendre la puissance de l’éclairage sur le réalisme ou sur la conformité au réel d’un film. Sera-t-il désormais possible, s’interroge Mayer, de filmer n’importe où, en tout temps? Indiscutablement, les images tournées avec des éclairages naturels auront plus de force et plus de puissance que jamais. Cela aura également un impact sur les acteurs qui joueront désormais avec plus de naturel (et avec moins de maquillage, indique Mayer), ce qui décuplera leur expressivité. Ce qu’un développement de l’éclairage et des avancées techniques y étant associées offrira au cinéma, c’est une entrée dans un domaine illimité de représentation du réel et ainsi, le déploiement d’un plein potentiel qui n’a pas encore été atteint par le septième art. Mayer souhaite donc regarder ce qui attend le cinéma, projetant ce dernier dans l’avenir, vers un horizon de promesses qui permettra de travailler avec plus de subtilité et de sensibilité le rapport au réel. Ainsi, les avancés techniques révéleront le réel au spectateur, sans pour autant le recopier ou le reproduire

  1. Voir entre autres, le sommaire du numéro 1 du 25 avril 1927 []
  2. Écrivain qui a publié quelques romans chez Tallandier, à la fin des années 1920/début des années 1930 []
  3. « Schon spricht man von dem nachsten Film Karl Freund’s […] » []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.