Les Trésors cachés des archives

Cette contribution préparée par Sean Kennedy, assistant de recherche, a été rédigée dans le cadre du projet de recherche « Lucien Wahl ou l’avenir de la critique cinématographique en France ».

Identifier une base de données intéressante, cibler les numéros pertinents, dépouiller le fichier numérique, trouver les articles nécessaires, extraire le document recherché, créer une référence dans Zotero, rédiger un résumé, identifier des mots clés… Ce sont les actions presque mécaniques d’un travail en archives. D’un côté, il est facile de se concentrer uniquement sur le processus, de garder en tête la quantité de références traitées et de ne pas s’arrêter avant d’arriver à son but : traiter tous les articles d’un mois ou d’une année cible. Après tout, ce travail s’inscrit dans projet global qui a pour objectif d’arriver à un résultat, une conclusion, un nouveau savoir que personne n’a identifié jusqu’à présent (ou du moins, c’est ce que l’on espère).

Pourtant, même si ce travail a pour but de produire des résultats, il importe de « flâner » dans les archives, de regarder un peu partout, de consulter d’autres sources, de tisser des liens et de se laisser porter par les découvertes. Après tout, les archives sont bien plus qu’une collection de données. Elles nous racontent les expériences d’autres individus, nous apprennent qui ils sont, nous donnent de leurs nouvelles, elle nous informe sur leurs pensées et leurs opinions. Elles nous offrent un portrait de la vie d’autrefois et dévier des opérations mécaniques de recherche (acquisition, référencement, traitement, analyse, etc.) peut nous offrir un portrait plus complet, ou du moins nous présenter quelques « trésors » à garder en mémoire.

Récemment, un index en ligne des articles de Lucien Wahl, retrouvé lors d’une telle « flânerie numérique », nous a montré que des textes n’ont pas été identifiés lors de notre première tentative de dépouillement. Cette découverte a fourni l’occasion de feuilleter ces productions écrites et d’en tirer quelques extraits qui témoignent des opinions de Wahl à propos d’une variété de sujets liés à l’expérience du cinéma. Voici quelques exemples qui positionnent Lucien Wahl au centre des discours critiques de son époque :

« Lettre à un lecteur (et même à plusieurs) », 16 février 1923, Cinémagazine

Alors, pourquoi, Madame, ou Mademoiselle, ou Monsieur, n’êtes-vous point conséquent avec vous-même ? Vous aimez le cinéma. Vous l’aimez beaucoup. Et devant une affiche, je vous ai entendu dire que vous n’entriez pas dans l’établissement dont elle donnait le programme parce que vous connaissiez le film annoncé. Vous auriez eu raison s’il était agi d’une ordure ou d’une imbécilité ou même d’une médiocrité, mais on reprenait une véritable œuvre d’art. Et je sais bien que beaucoup vous imitent. Ils choisissent entre deux programmes le plus nouveau, même si des personnes de confiance les ont prévenus qu’il est composé de « navets ».

« Pour un public déterminé », 5 octobre 1923, Cinémagazine

Il y a, à Paris, des salles qui présentent des films en exclusivité, mais il n’en est pas une seule qui se soit spécialisée dans un genre. Depuis longtemps, on réclame plus de programmes rationnels et je ne vois pas d’inconvénient, plus qu’un autre, à ce qu’une Comédie-Française de Cinéma s’organise, par exemple, mais non point un Ambigu, parce qu’une scène entière de mélodrame, c’est trop. Et, du reste, le cinéma n’a point à copier le théâtre, même dans ses façons d’administrer.

Mais je veux déplorer que pas une salle de Paris — pas une — n’ait tenté de composer des programmes où n’entrerait aucune stupidité. Et je sais que sa nécessité serait malaisée. Il ne lui serait pas malaisé de se former un public nombreux avec un programme un peu relevé. Non, cela, je ne le crois pas. C’est la composition du programme qui lui serait difficile, à cause des traités avec les éditeurs, à cause de la solidarité de quelques concurrents et de leur façon de se soutenir, à cause des vieux plus curieux, mais usés. Mais ne pourrait-on essayer, et ailleurs même que dans un endroit central.

« Le sifflet commande, pourquoi lui obéir ? », le 19 septembre 1924, Cinémagazine

Est-ce qu’on a essayé dans une des salles en question, de faire taire les siffleurs ? Est-ce qu’on les a priés de sortir ?

« Ah ! si vous connaissez le public ! » me dit-on. Mais le public, j’en suis, et vous aussi. Et les directeurs qui se sont intéressés au spectacle du film incriminé sont donc des êtres particuliers ? Et les spectateurs de la présentation sont donc des individus supérieurs, de l’élite ? Vous savez bien que non. Il n’y a qu’à attendre les rires retardataires quand une phrase à prétentions drôles est projetée sur l’écran.

Ces extraits attestent du fait que Wahl était bien plus qu’un simple critique qui s’intéressait aux choses de l’écran. En effet, il s’intéressait à chaque partie de l’expérience du cinéma et à tous ses intervenants. Ces textes montrent également que Wahl n’hésitait pas à critiquer certains attributs de l’expérience du cinéma de l’époque, mais toujours d’une manière qui trahissait la vitalité de son esprit . Même si ces extraits ne proposent rien de révolutionnaire, ils nous aident à mieux comprendre la conception que Lucien Wahl avait d’un art qui était dans une période de changements majeurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.