Au sujet de la réception de la rubrique « Les livres inspirateurs de films »

Dans son article du 2 juillet 1926, Lucien Wahl fait état des réactions positives de certains confrères à la publication de sa nouvelle rubrique « Les livres inspirateurs de films ». Ces commentaires, témoignant d’ « une sympathie à laquelle nous sommes très sensibles », sont signés, quelques jours après la première publication du 11 juin 1926, par René Jeanne dans Le Petit Journal1, André Antoine dans Le Journal2 et André Lang dans Les Annales politiques et littéraires3.

Bien que les propos soient dans l’ensemble favorables, ils ne sont pas tous de la même teneur et ils ne posent pas le même regard sur les rapports entre littérature et cinéma. René Jeanne met l’accent sur l’art cinématographique à proprement parler ; André Antoine considère que théâtre et littérature ont à voir avec le septième art ; André Lang insiste pour penser littérature et cinéma comme deux choses différentes. Cependant, tous s’accordent pour dire que l’initiative de Wahl tombe à point, à un moment où le cinéma doit se renouveler et marquer plus clairement son territoire.

René Jeanne fait le constat que l’Amérique, qui fournit en films les salles de cinéma françaises, connaît une crise du scénario et que le public se lasse de la pauvreté intellectuelle d’un spectacle que la mise en scène ne parvient pas compenser : « L’art cinématographique est arrivé à une étape de son évolution où il doit unir l’intérêt du fond et de l’idée au prestige de la forme », écrit-il, espérant que les articles de Wahl sauront susciter l’intérêt des metteurs en scène. Il voit en effet dans la rubrique de Wahl l’occasion d’attirer l’attention de réalisateurs sur des œuvres sérieuses qui ont le potentiel d’être des films.

Pour sa part, André Antoine rappelle l’objectif de la nouvelle rubrique proposée par son « excellent confrère » : « […] relever, parmi les ouvrages littéraires contemporains, ceux qui pourraient fournir à l’écran des scénarios intéressants ». Il ne s’agit donc plus, pour Wahl, de chercher à adapter à l’écran des classiques de la littérature, mais de fournir au cinéma une matière contemporaine tirée de la littérature. Antoine souligne cependant que le « vieux fonds littéraire » français recèle encore de trésors inexploités ; il en donne d’ailleurs pour exemple Mauprat, roman de George Sand que Jean Epstein a adapté au cinéma. Il semble pourtant qu’Antoine envisage la proposition éditoriale de son confrère uniquement sous l’angle de l’adaptation, alors que Wahl cherche à explorer une pluralité de rapports entre le texte et l’écran.

Les commentaires d’André Lang, ce dernier rappelant à juste titre que Lucien Wahl est « un des rares critiques cinématographiques indépendants » de l’époque, sont plus nuancés et ne se privent pas de reprocher à Wahl de reconduire les affinités entre littérature et cinéma sur le terrain de l’adaptation : « Et pourtant, j’en veux beaucoup à monsieur Wahl, qui connaît si bien ce dont il parle, de pousser ainsi les metteurs en scène dans une voie où ils se sont déjà trop installés », écrit-il, cette voie étant celle de l’adaptation. Lang avoue d’ailleurs préférer « une aventure de Félix le Chat à toutes les adaptations de romans au cinéma ». Selon lui, littérature et cinéma sont deux choses distinctes et le cinéma semble encore avoir des efforts à faire pour s’affranchir de sa dépendance à toute matière littéraire. Dès lors, le projet de Wahl, même si ce dernier témoigne d’ambitions plus larges, reste compris à la lumière d’un passage du littéraire au cinématographique et non d’une recherche de matériaux originaux qui trouveraient leur traduction parfaite à l’écran.

Initiative saluée, mais peut-être mal comprise, les différents articles que Wahl proposera dans sa rubrique « Les livres inspirateurs de films », puis dans « Des livres près de l’écran » montreront toute l’étendue de son projet et ouvriront de nouvelles pistes de réflexion pour penser les rapports entre littérature et cinéma. 

  1. René Jeanne. 1926 (18 juin). « Littérature et cinéma ». Le Petit Journal, p. 4 []
  2. André Antoine. 1926 (19 juin). « Romans et pièces à l’écran ». Le Journal, p. 4 []
  3. André Lang. 1926 (20 juin). « Caquets de chez Barbin ». Les Annales politiques et littéraires, no 2243, p. 662 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.