Littérature et cinéma : la rubrique « Les livres inspirateurs de films »

En juin 1926, à la suggestion de Jean Pascal1, Lucien Wahl lance la rubrique « Les livres inspirateurs de films », publiée généralement deux fois par mois dans la revue spécialisée Cinémagazine. Cette série, qu’il poursuivra plusieurs années et qui deviendra, en 1930, « Des livres près de l’écran », propose des articles de plus d’une page et tisse des liens variés entre littérature et cinéma. L’objet de ces articles est clairement énoncé dans le numéro 24 du 11 juin 1926 : publier des « notes qui pourront inspirer des cinématographistes et même donner l’idée à des écrivains de s’inspirer de leurs propres livres pour la rédaction de scénarios intéressants » (11 juin 1926).

En m’intéressant aux treize articles de cette rubrique publiés en 1926, j’examinerai comment se déploient des rapports entre littérature et cinéma sur un terrain peu exploré, s’inscrivant dans le sillage de l’adaptation, mais qui cherchent avant tout à mettre l’accent sur le film.

Pour Lucien Wahl, un film ne doit pas être la copie conforme d’une œuvre littéraire. Cette dernière peut contenir de bonnes idées, mais elle doit trouver sa propre forme dans un scénario qui sera ensuite adapté aux modalités de l’écran. Dans cette perspective, l’accent est toujours mis sur le résultat : « Nous ne préconisons pas l’adaptation d’œuvres littéraires ou dramatiques, mais nous l’admettons et l’encourageons si le résultat doit en être louable ». C’est par cette phrase, placée en exergue, que débutent les huit premiers articles de cette série. Cela correspond également à une période de rodage de la rubrique qui se démarque assurément des autres articles que Wahl publie dans Cinémagazine2.

En rappelant l’indépendance dans laquelle s’inscrit sa démarche – « Je répète, aujourd’hui, une fois pour toutes, que nulle influence extérieure ne nous dicte nos articles, aucune recommandation, aucune camaraderie, aucun intérêt » (2 juillet 1926)3 –, le propos de ces articles est confiné aux rapports entre textes littéraires et films. Wahl y parle d’ « ouvrages littéraires, récents ou non, mais généralement de publication contemporaine » (11 juin 1926) et fait ressurgir un continent de parutions littéraires que l’histoire n’a généralement pas retenues. Il me semble d’ailleurs important de souligner l’attention qu’il porte aux œuvres publiées par des femmes : Elissa Rhaïs, Jane Hugard, Suzanne Goldstein, Colette, Gertrude Altherton, ou encore Lucie Delarue-Mardrus, à qui il consacre un de ses premiers articles de la rubrique, en juillet 1926, la désignant comme une des autrices « les plus susceptibles de traduction cinématographique » (16 juillet 1926).

L’intérêt majeur de cette rubrique est de dénicher des sujets qui trouveraient une autre vie à l’écran : « Nous ne donnons pas un scénario. Un scénario se médite de longues semaines, se travaille des mois, souvent. Nous n’avons indiqué qu’un sujet, une source de beau film » (18 juin 1926). Wahl invente des liens entre des textes d’une grande variété (roman, conte, nouvelle, pièce de théâtre) et le cinéma, sans pour autant se placer du point de vue de la littérature et en ne racontant que « le principal pouvant inspirer un film » (15 octobre 1926). Il se défend assurément de proposer des scénarios, même si parfois, il décrit avec minuties les actions à porter à l’écran, les atmosphères à traduire cinématographiquement, ou encore les décors pouvant encadrer avec simplicité le propos. Les articles du 15 octobre (sur la nouvelle « Le revenant » de Henri Duvernois), du 5 novembre (sur le roman Partir de Roland Dorgelès) et du 19 novembre (sur le roman Le Voleur et le Sphinx de Louis Roubaud) sont à ce titre très précis. Il y insiste sur les mouvements, les lieux et les paysages, les atmosphères et les évocations à suggérer, en soulignant toujours que ce qu’il propose n’est pas un scénario : « Ce que je vais indiquer n’est pas un scénario, mais peut en inspirer un où l’imagination de l’auteur pourra se donner libre cours » (19 novembre 1926).

L’auteur n’est plus ici, le responsable du texte, mais il en est l’artisan de sa mise en film; il est le cinégraphiste – ou le cinématographiste, le filmeur, ou encore le compositeur de film. Toutes ces occurrences apparaissent dans les articles de 1926, illustrant une instabilité terminologique ayant toujours cours.

Les articles de cette rubrique initiée en 1926 témoignent, d’une part, de l’intérêt de Lucien Wahl pour l’actualité littéraire contemporaine – la plupart des textes cités ont été publiés dans l’année courante –, mais ils montrent surtout une volonté de repenser les rapports entre littérature et cinéma que Wahl poursuivra obstinément dans l’ensemble de son activité de critique. Dans ce rapport entre texte et film potentiel, Wahl se situe définitivement du côté de l’écran. Il en appelle de ses vœux des œuvres filmiques simples, mais riches d’action et/ou de caractère et surtout, des créations qui n’ont plus besoin du littéraire comme béquille à leur éclosion. Le film doit dominer et les images seules suffisent.

 

  1. Jean Pascal, avec Adrien Lemaître, dirigera la revue dès son premier numéro (21 janvier 1921) et y publiera d’éclairants articles, entre autres, sur le vocabulaire du cinéma. []
  2. Parallèlement aux articles de la rubrique « Les livres inspirateurs de films », Lucien Wahl rédige une contribution hebdomadaire pour Cinémagazine dans sa chronique « Libres propos ». On y trouve des textes de réflexions sur différents aspects du cinéma (le public, la censure, la défense du muet à l’aune du parlant, l’industrie, le cinéma comme art, etc.) et des critiques de films. Mes dépouillements ne nous permettent pas, pour le moment, de désigner avec précisions les autres lieux de publications des textes de Lucien Wahl pour l’année 1926 – que je suppose nombreux et variés. []
  3. D’ailleurs, Lucien Wahl, dans son article inaugurant cette rubrique, avait précisé qu’elle serait menée en toute indépendance : « Est-il besoin d’ajouter que nos appréciations seront publiées dans un esprit absolu d’indépendance ? » (11 juin 1926 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.