Quelques réflexions de Lucien Wahl autour de l’idée de public

Cette contribution préparée par Sean Kennedy, assistant de recherche, a été rédigée dans le cadre du projet de recherche « Lucien Wahl ou l’avenir de la critique cinématographique en France ».

Une fois la postproduction terminée, un film sort en salle et un public vient le voir. Pour certains, ceci marque l’étape finale pour un film ; il n’y a alors plus besoin d’y porter attention. Pour Lucien Wahl, cette étape n’est qu’un simple point de départ pour toute une série de réflexions autour du public, notamment sur sa composition, son comportement et les conditions dans lesquelles il se trouve. Ses contributions à la revue Cinémagazine en 1926 témoignent de ses opinions, de ses observations et de ses pensées à ce sujet. En effet, elles soulignent l’importance du public dans sa conception du cinéma.

L’ambiance de la salle du cinéma semble être une de ses préoccupations. Par exemple, Wahl célèbre les directeurs du cinéma qui font de leur mieux afin d’améliorer les conditions dans lesquelles les spectateurs voient des films. Il cite l’exemple d’un directeur parisien qui a interdit l’utilisation du tabac dans sa salle. Il le traite d’« intelligent » pour avoir permis au spectateur de « pouvoir assister à des projections de films sans que sa gorge et ses yeux souffrissent du voisinage de cigares, de cigarettes, voire de pipes »1. Il note que ces mesures, en plus d’améliorer le confort, contribuent aussi au succès économique de cette salle, notamment en encourageant une hausse de la fréquentation chez les femmes et les enfants.

Il est également vrai que Wahl conceptualise la salle du cinéma comme un endroit inclusif. Il s’interroge notamment sur ce que les enfants peuvent ou doivent voir sur les écrans. Fervent opposant à la censure, il se pose cependant la question du choix de films pour un public de bas âge. En plus des mesures pour encourager la présence des femmes et des enfants dans les salles, il ne voit aucun mal à ce que des animaux « assistent » aux projections. Il raconte la présence des chiens et des chats au cinéma, ceux « qui se couchent aux pieds de leurs maîtres ou dorment sur leurs genoux », ainsi que « ceux qui regardent des films »2. Évidemment, cette inclusion peut être comprise comme un désir de faire du cinéma une activité habituelle et régulière, qui figure dans la vie quotidienne, alors pourquoi ne pas inclure tout le monde.

Pourtant, pour Wahl, la salle du cinéma n’est pas seulement un lieu quotidien qu’on fréquente, elle est davantage un lieu d’apprentissage. Il la considère comme une partie clé de l’épanouissement du public, un public qui, d’ailleurs, devrait comprendre ceux qui font partie de l’industrie cinématographique. Il incite les comédiens et « tous ceux qui concourent à la présentation des films » à fréquenter les salles de cinéma régulièrement afin de pouvoir s’améliorer3. Regarder un film est alors bien plus qu’un divertissement, mais quelque chose dont on peut tirer des leçons et qui permet d’être un meilleur spectateur.

Cette conception de la salle du cinéma comme salle de classe peut aussi expliquer les sentiments de Wahl envers la censure. Il se décrit comme « adversaire » de la censure4, une prise de position qui ne changera pas au fil des années5. Il privilégie l’utilisation des avertissements à l’entrée du cinéma, qui pourront, par exemple, indiquer aux parents qu’un film peut faire peur aux enfants. À son avis, la censure n’est qu’une occasion pour des abus administratifs de la part des autorités.

Il faut cependant noter que même si Lucien Wahl veut que les autorités fassent confiance au public, il comprend également que le public ne soit pas non plus parfait. Il admet qu’« une certaine partie du public n’est pas toujours raisonnable et que des gens, à propos de cinéma, ne savent pas proclamer leur mécontentement ou leur satisfaction d’une manière discrète et brève »6. Il comprend également que la censure « veut éviter des disputes et des coups dans un lieu qui n’est pas de réunion publique », mais qu’il y a d’autres moyens d’atteindre cet objectif7. Notamment, il souligne l’option de faire des discours ou de contextualiser les films auprès du public avant la projection afin d’expliquer ce qui peut s’avérer problématique.

Le public est central dans la conception que se fait Lucien Wahl du cinéma. L’interaction entre un film et ses spectateurs est quelque chose qu’il met toujours en avant. De plus, il encourage tous les acteurs du cinéma, des directeurs de salles aux réalisateurs, à se rendre compte de l’importance de cette interaction.

Presque cent ans plus tard, que peut-on tirer de ces opinions et ces réflexions de Lucien Wahl ? Est-ce que le public, aujourd’hui, est toujours aussi important dans notre conception du cinéma ? Avec des publics de plus en plus « dématérialisées » avec le développement de nouveaux supports de diffusion, comment peut-on qualifier cette relation public-film ? Est-ce que notre cinéma donne assez de liberté au public ? Et est-ce que le public est toujours aussi central ? 

Voici d’importantes questions qu’un retour vers le passé montre comme une forme de persistance lorsque le cinéma connaît une mutation.

 

  1. « L’heureux Directeur et la fumée », no24, 11 juin 1926. []
  2. « Les animaux dans la salle », no47, 19 novembre 1926. []
  3. « Y aller pour se rendre compte », no30, 23 juillet 1926. []
  4. « On n’est pas toujours sage », no49, 3 décembre 1926. []
  5. Par exemple, en 1930, Wahl continue sa dénonciation de la censure dans la rubrique « Revue de presse » de Cinémagazine. Les numéros de février, mars, août et décembre de l’années 1930 en contiennent des exemples. []
  6. « Pour que le Public soit sage », no51, 17 décembre 1926. []
  7. « On n’est pas toujours sage », op. cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.