Retour de vacances

Cette portion du carnet de recherche concerne mon quotidien de chercheuse, non pas dans ce qu’il a de réflexif, mais plutôt dans son déroulement au jour le jour. J’ai toujours été attirée par les descriptions des journées types et par les explications sur l’organisation de ces dernières. Il s’agira donc ici d’exposer deux de mes obsessions : celle de l’organisation et celle de la productivité1. Rien de ce que je noterai dans cette portion du carnet n’est exemplaire; il s’agit plutôt de consigner des notes sur mes expériences afin de pouvoir revenir sur ce temps de recherche qui marque mes journées et que je chéris si précieusement.

Me voici donc à l’aune d’une nouvelle rentrée, la sixième à Terre-Neuve, la seconde en temps de pandémie, dans un enseignement et une vie de recherche principalement à distance2, ce qui signifie un terrain de jeu pour l’organisation des projets et de la créativité dans leur supervision et leur déroulement.

L’ÉTÉ – cette période que je suis certaine ne pas être la seule universitaire à considérer comme une accumulation de mois extensibles au possible, dans le déni complet qu’il ne s’agit tout simplement que d’un autre trimestre – tire donc à sa fin pour moi, après 2 semaines de pause complète, loin de l’université, loin de mon bureau, loin de mes obsessions de recherche, de ma boîte courriel, de mes cours, de mes obligations administratives, etc. Longtemps cette chose appelée les vacances ne me semblait pas indispensable. Les années passent et désormais, chaque retour au travail est marqué par le même constat : je ne peux pas faire l’économie de ce temps, il m’est nécessaire pour prendre de la distance, pour me nourrir autrement, pour prendre des décisions, pour me reposer. Et cette année, sans doute plus que les autres années, il était plus que bienvenu! Cela me semble de plus en plus erroné de camoufler cette part personnelle du travail3, du moins, pour moi. Ce temps est ma pause durant laquelle je m’éloigne pour mieux reprendre le fil, même si ce dernier s’emmêle au retour avec la boîte courriel qui déborde, avec les demandes qui affluent à nouveau et les envies qui se réveillent.

Me voici donc à faire des listes : la liste des choses à faire, des cours à préparer, des objectifs à atteindre à court et à long terme, la liste des projets à poursuivre et à compléter, la liste des tâches à définir et à modifier, celle des livres à lire, des films à voir, des conférences à regarder en ligne, des podcasts à écouter, des nouveautés attendues, la liste des embauches, la liste des dépenses; des listes, des listes, des tas de listes…

Une fois que ces listes s’étendront sur mon bureau et sur mon tableau blanc, ce sera le moment des calendriers et des échéances : associer à chaque tâche une durée, un moment de la journée, faire des tranches, leur associer un code couleur, numérique et analogique, garder la matière intellectuelle pour le matin et le soir, les tâches mécaniques pour l’après-midi, être archiprotectrice et possessive de mon temps, et TOUJOURS garder en tête que je suis privilégiée.

Ce retour de vacances est le doux moment de la reprise. Il s’étale sur plusieurs jours, le temps de tout mettre à plat et de me relancer. Les rentrées académiques me sont chères et me remplissent de bonheur; celle-ci ne fera pas exception.

  1. J’entends cette dernière comme un rapport positif entre mes efforts et les résultats obtenus; au cœur de cette productivité, il y a la concentration, le bien-être et le plaisir. []
  2. Les voyages à l’étranger pour recherche/colloque/réunion/etc. sont encore interdits par mon université, ce qui implique une absence de remboursement des frais relatifs à ces déplacements et surtout, un retard de plus en plus important dans le développement de mes propres recherches. Consolation de début d’année scolaire : l’université nous autorise à effectuer des voyages au Canada, un progrès depuis la rentrée 2020! []
  3. C’est d’ailleurs cette part affective de la recherche que je retrouve à la lecture de L’Histoire émotionnelle du savoir de François Waquet. La lecture de cet ouvrage occupe entre 40 minutes et 1 heure de mon temps du matin, ces minutes précieuses où je résiste à entrer de plain-pied dans ma journée, où je tiens à distance ce qui m’emportera et me détournera malgré moi de mes objectifs journaliers. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.